Recherche:

 

Vivre sans subventions ?

29/08/2017 | Jean-Jacques

A Limoges, la Confédération paysanne, le syndicat non majoritaire, qui talonne, en nombre de voix et d'adhérents, le syndicat majoritaire, proteste vigoureusement contre l'arrêt des subventions pour l'agriculture bio depuis… 2015. C'est de l'argent dû par la PAC, 2% de ce qui est déversé sur l'agrobusiness, généreusement haussé à 3% cette année. mais toujours pas donné depuis deux ans.
Et s'il n'y avait que cela ?
Ceux qui préparent l'avenir et font vivre le présent, le monde associatif si multiple et si "riche" en bénévoles, voit ses moyens d'actions se réduire d'élection en élection.
Vivre sans subventions ? se couper des instances dirigeantes ? se passer des banques ?
Que faire ? on s'y essaie…
Download (Document)

Zérophyto, leurre ou chimère ?

06/02/2017 | Eusébie

Joli cadeau pour commencer l’année 2017 : « Comment Lyon a banni les pesticides » (Le Monde, 31 dec-1er jan).
Lyon, ville pionnière, depuis 2001, voit 7 ans d’efforts couronnés de succès, atteignant son objectif du zérophyto en temps voulu pour honorer l’interdiction des produits phytosanitaires, fixée par la loi sur la transition énergétique, soit ce 1er janvier 2017. Et tout cela sans signer la charte d’entretien des espaces publics qui semble faire autorité partout. Qu’en est-il dans notre douce Auvergne, et dans le Puy-de-Dôme ?

Download (Document)

Chers taupiers

30/09/2016 | Henri

Chers taupiers, cela fait bientôt 50 ans que je vous favorise. Oui, moi, mangeur de bons fromages. Pas moi seul, évidemment. Toute l'histoire du développement agricole a travaillé en votre faveur. Et, comme le dit si bien Le vice-président de la chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, l'évolution des pratiques agricoles ne peut être remise en cause… RV: INACCEPTABLE, "Le dieu Bromadiolone".
PS. Rassure toi, Henri, aux dernières nouvelles, le Saint-Nectaire ne fait pas partie des fromages livrés au Canada par le CETA.
Download (Document)

La radioactivité rend libre

02/05/2016 | Gustou

Ordoncques, la chaîne Arte, pour fêter les 30 ans de Tchernobyl, a programmé un film qu’elle a co-produit : « de Tchernobyl à Fukushima : zones grises, la vie empoisonnée ». Surprise, ce documentaire d’Olivier Julien est un modèle de désinformation. Arte ne nous avait pas habitués à tant d’hypocrisie dans sa présentation de notre réalité.
Download (Document)

Le dieu bromadiolone

22/02/2016 | Gustou

Une fois de plus, les rats taupiers prolifèrent dans nos pâturages. Ils ont gravement diminué la récolte de foin pour le fromage de Saint-Nectaire, et alentours.
Ces pullulations apparaissent tous les 4 à 5 ans et alors la Fredon préconise des épandages massifs de bromadiolone, un anticoagulant qui atteint bien d'autres animaux, oiseaux (milan royal), mammifères.
Depuis 25 ans, on sait qu'il faut lutter AVANT la prolifération, afin de l'empêcher. Chaque année il faut recommencer, observer, compter, piéger.
Mais les chasseurs tuent, par piège, tir et déterrage tous les prédateurs des rats taupiers.
Et il est si commode, et si profitable, de répandre massivement du poison !
Même les bio sont sollicités pour le faire. Un comble !
Download (Document)

le progrès des graines enrobées

22/12/2015 | Gustou

Mieux que les OGM, les graines enrobées transforment la plante en producteur de pesticide, insecticide et/ou fongicide.
L'inconvénient, pour l'industrie, c'est qu'il faut beaucoup de produit pour enrober les graines; c'est dangereux pour les ouvriers et pour les agriculteurs.
Mais l'agro-industrie oublie les dégâts sur l'environnement agressé en permanence par les molécules tueuses. Les abeilles meurent…
Faux, répond l'agro-industrie, les molécules se dissipent avant la floraison ! Telle est l'information que le Fredon répand dans le public.
Le silence est d'or, dit le proverbe, le mensonge aussi.
Fredon : Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles.
PS; Et c'est pourtant vrai, du moins pour les graines de soja : l'insecticide cesse d'être produit avant la floraison, donc avant que les insectes-cibles apparaissent. Aucun gain de productivité n'a pu être constaté… Alors ? ce progrès ?

Download (Document)

Qui règne dans le 63 ?

20/10/2015 | Gustou

Nous sommes en république. Avec ses lois, un Etat et ses services déconcentrés veillant au respect de la législation.
Mais le législateur, dans sa grande bonté, a prévu des dérogations, pour les cas particuliers et les problèmes locaux. Et aussi des compensations, pour les dégâts à l'environnement , "compensés" par des améliorations "équivalentes" ailleurs.
Et il y a aussi les états de fait, les situations dont on s'accommode, surtout ceux qui en bénéficient.
Qu'en est-il dans le 63 ?
Petit résumé non exhaustif.
Download (Document)

Capitalisme illogique

03/08/2015 | Gustou

Le Marché ne se trompe jamais, la loi du marché, la main invisible qui régit le marché, etc.
Et les coûts systématiquement exclus du Marché ?
Sait-on que la réussite, les bénéfices sont payés par le plus grand nombre, ces invisibles qui assurent la bonne marche des profits ?

100 milliards ici, 157 milliards là: c'est le coût économique des dégâts sanitaires dus aux pollutions chimiques dans l'Union européenne. Coûts "logiquement", ou illogiquement, effacés des ardoises de nos industriels (chimie, véhicules) pour dépolluer l'air et la santé des acheteurs qui fabriquent leurs bénéfices.
Bien évidemment, ces coûts sont connus, car, selon les calculs de l'agrochimie, interdire seulement les néocotinoïdes la priverait de 40% de ses bénéfices. Monsanto, pour sa part, interpellé par des écologistes, évalue (aussi) à 40% la perte de ses bénéfices si on interdisait le round-up.
La santé des hommes (bêtes et plantes unies dans un même destin, celui de notre environnement) est exclue des calculs industriels; elle est pourtant facturée, et lourdement, à chacun d'entre nous et aux systèmes de sécurité sociale !
40% ! Qui peut croire que Monsanto est aussi vulnérable, alors que le glyphosate (récemment reconnu cancérigène probable) est distribué sous des dizaines de formulations par tous les chimistes du monde?
Mensonge et illogisme : les deux mamelles de notre Progrès chimique.

Tribunaux aux ordres, de qui ?

08/07/2015 | Gustou

Rivière Allier contre Tribunal administratif = 0-1.
La rivière Allier quitte le Puy-de-Dôme dans une vaste zone de méandres. Le lit mineur, où l'eau coule, divague dans l'espace du lit majeur : c'est la zone de mobilité, peu ou pas utilisable par l'homme, riche en biodiversité, où la nappe phréatique se dépollue quelque peu, après son passage dans l'empire Limagrain, 4° semencier du monde.
Il était donc urgent de mettre cette zone à la disposition des véhicules à moteur et de brider, enfin, la divagation de l'Allier.
Et tant pis pour les captages d'eau potable, les petits oiseaux et les jolies fleurs.
Les divagations du Tribunal administratif, relatées ci-dessous, montrent qui est le maître de la vie sur terre.
AH, mais !
Download (Document)

Bêtes sauvages, gestionnaires du territoire

07/07/2015 | Gustou

les renards qui mangent les rats taupiers, les milans royaux qui dégustent les charognes, les abeilles qui pollinisent nos arbres fruitiers, le croyez-vous ? ce sont des ennemis des cultures, des nuisibles à détruire.
Mieux vaut empoisonner les prairies que laisser les renards et les mustélidés réguler les populations de taupiers.
Quant aux abeilles, leur arrêt de mort est signé depuis longtemps, car les phytosanitaires, qui protègent les cultures, les dévastent sans pitié ni relâche.
Pour en savoir plus, Gustou relaie un appel venu du département voisin, l'Allier.(download)

PS. Alors que les chasseurs sont chaudement accueillis dans les écoles primaires pour montrer aux enfants comment on tue des animaux sauvages, plusieurs associations, dont l'aspas, travaillent sans relâche pour défendre ces victimes de l'agression humaine.
Les requins protègent les océans ? Le saviez-vous, c'est l'aspas qui vous informe.
Download (Document)

Economie circulaire en panne

03/07/2015 | zero waste

Pddne relaie l'information de Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France (ex Cniid).

La France reste accro à l'incinération qui, d'après les adorateurs, élimine 90% des déchets.
En réalité, c'est un gros producteur de CSR (combustibles solides de récupération), pour environ 300 kg par tonne de "déchets".
Chaque fois qu'un incinérateur est construit, la collecte et surtout le tri des ordures ménagères régresse. Comme c'est le cas dans le Puy-de-Dôme.

Les déchets du BTP, eux, sont toujours estimés à 3% de recyclables, depuis plus de 20 ans…

Et recyclable, ne veut pas dire recyclés ! Comme pour tous les autres déchets que nous sommes invités à trier, en les mélangeant de plus en plus !
Download (Document)

Appel de Poitiers, 24 juin 2012

10/04/2015 | Philomène

Les abeilles, sentinelles de l'environnement, sont rudement traitées par l'agriculture dominante. Des escrocs en profitent profitent pour récolter des adresses mails via des pétitions (RV: AU QUOTIDIEN: "vérifiez vos pétitions")
Comme s'il n'y avait pas d'autres actions, insuffisamment médiatisées.
Pddne estime utile de relayer l'appel de Poitiers!

Nous, citoyen(ne)s, paysan(ne)s, représentant(e)s d’organisations de la société civile, réunis en ce jour à Poitiers pour les États Généraux « Abeilles, semences et biodiversité » lançons un appel solennel à la société tout entière à s’engager de toute URGENCE POUR SAUVER LA BIODIVERSITÉ !


Le modèle agricole dominant correspond à une très brève période (± 1 siècle) de la longue histoire de l’agriculture (± 10.000 ans). Il repose sur une vision dans laquelle la terre n’est considérée que comme un support inerte maintenu sous perfusion par les engrais et les pesticides chimiques, et les écosystèmes comme des ressources à exploiter et non des organismes vivants dont nous faisons partie.
Ce modèle franchit aujourd’hui un point de non-retour dans la pollution massive, la destruction de la biodiversité et les atteintes à la santé publique, sur fond d’épuisement des énergies fossiles qui l’ont alimenté.

Cette situation nous contraint à prendre sans délai des mesures d’urgence !

Nous demandons :
1) Pour sauver l’abeille, les autres pollinisateurs et la biodiversité :
l’interdiction des OGM (dans les champs, dans l’alimentation humaine et animale), à commencer par le renforcement du moratoire sur le MON 810 ;
l’interdiction de tous les insecticides néonicotinoïdes et phényles pyrazoles (Cruiser, Gaucho, Régent,…) ;
le refus de toute ligne directrice européenne qui amoindrirait encore l’évaluation des OGM ;
l’interdiction des plantes pesticides, en particulier les nouveaux colzas et tournesols mutés pour tolérer les herbicides inhibiteurs de l’ALS ;
la refonte totale des procédures d’évaluation des pesticides (AMM,…), s’appuyant sur le rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) préconisant la révision des protocoles d’évaluation des pesticides sur les abeilles ; notamment en rendant publiques les études de toxicité des firmes qui ne peuvent en aucun cas être couvertes par le secret industriel ;
une pénalisation forte de toute pollution et de toute atteinte à la biodiversité, une obligation de réparation et l’exclusion de toute forme de compensation qui donne un droit à polluer ou à détruire la biodiversité.


2) Pour la reconnaissance des droits des paysans :
l’interdiction de tout brevet et de toute forme de droit de propriété industrielle sur le vivant (Certification d’Obtention Végétale de 1991) qui sont les outils de la spéculation financière sur la biodiversité et la nature ;
l’abrogation de la loi sur les COV de décembre 2011 ;
l’adoption d’une loi de reconnaissance positive des droits des paysannes et des paysans, des jardiniers et des artisans semenciers, d’utiliser, resemer, échanger, diffuser leurs semences, et les protéger des contaminations génétiques et de la biopiraterie ;
l’accès à la terre et à l’eau, maîtrisé et équitablement réparti, tout en respectant les besoins des milieux aquatiques.


3) Pour un changement des pratiques agricoles :
dans le cadre de la PAC, des mesures fortes d’incitation aux pratiques alternatives à l’utilisation des pesticides, alternatives pour protéger les sols, l’eau, la santé humaine en restaurant la biodiversité ;
la reconnaissance des alternatives aux pesticides à commencer par l’autorisation immédiate des Préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP).


La biodiversité : un réservoir de solutions !
La semence est le premier maillon de la chaîne agricole et alimentaire. Les agricultures paysannes et biologiques, que la société appelle de ses vœux, ne peuvent se satisfaire de semences industrielles ; elles ont besoin de semences paysannes. Celles-ci donnent un sens au travail des paysans avec le vivant. Elles sont la vie, en opposition aux technologies de manipulation du vivant. La diversité intravariétale et variétale permet l’adaptation à la diversité des terroirs, à la variabilité et aux évolutions climatiques à venir.
Les semences paysannes permettent :
la liberté de choix des paysans et des consommateurs ;
l’indépendance vis-à-vis de l’agrochimie (engrais, pesticides, semences hybrides F1, OGM) ;
une meilleure qualité nutritionnelle (antioxydants, oligoéléments,…) et gustative ;
une réponse par rapport aux problèmes de l’eau, moins de pollution, moins de consommation, moins d’érosion des sols ;
une agriculture nourricière assurant la souveraineté alimentaire au Nord comme au Sud.


Nous nous engageons à :
reprendre notre rôle et nos droits dans l’orientation des choix politiques, car le débat politique préoccupé exclusivement de la nature ne se soucie pas des questions sociales et économiques, tout comme le débat politique préoccupé exclusivement de l’économique et du social ne se soucie pas de la nature et la considère comme une ressource ou un bien librement exploitable ;
sortir de la société techniciste et productiviste qui permet l’appropriation privée de la nature en standardisant les produits qui en sont issus ;
nous réapproprier les droits d’usage collectifs inaliénables à la terre, à l’eau, aux semences, aux savoirs ;
respecter et gérer collectivement la biodiversité sauvage et agricole en priorité à l’échelle locale. La biodiversité sauvage ne doit pas être marchandisée, la biodiversité agricole ne doit pas être standardisée. C’est un préalable pour construire la souveraineté alimentaire.
remettre les savoirs et les savoir-faire populaires et professionnels au même niveau de légitimité que les savoirs scientifiques ;
respecter l’expression citoyenne et le débat contradictoire ;
refuser les accords publics-privés, qui pervertissent la recherche publique, pour la remettre à sa place au sein de la société ;
nous réapproprier une éthique sociale et de la nature ; nous approprier un nouveau paradigme global qui replace l’être humain au cœur de la nature et non plus au-dessus, notamment dans le cadre d’une recherche citoyenne basée sur l’intérêt commun.


Un autre monde n’est pas seulement possible, il est indispensable !
Nous, citoyen(ne)s, paysan(ne)s, représentant(e)s d’organisations de la société civile, réunis en ce jour à Poitiers pour les États Généraux « Abeilles, semences et biodiversité », nous le construisons ensemble immédiatement !

histoire des VTH

26/08/2013 | marie

Les VTH, variétés végétales tolérantes aux herbicides sont issues d'une manipulation technique qui accélère leurs mutations, afin de choisir celles qui 'tolèrent' les herbicides : celles que l'on peut arroser d'herbicides sans qu'elles meurent, provoquant des mutations naturelles cette fois chez les plantes adventices.
Une visite à la Draf, le 16 juillet 2013 a eu pour effet un second RV pour le 17 septembre.
Voici une "brève histoire de la triple alliance : cultures, adventices et profits de l'agro-industrie
RV : PESTICIDES : "Visite à la Draf, VTH peu connus"
Download (Document)

Manifestation du 29 mars 2008 à Clermont Ferrand

29/03/2008 |

Alors que se tenait l'assemblée générale de PdDNE, d'autres manifestaient Place de Jaude leur opposition à une tolérance de PGM dans les produits "bio"

Grève de la faim

07/01/2008 |

Accueil des grévistes en gare de Clermont Ferrand lundi 7 janvier 2008
 PAS D’OGM DANS NOS ASSIETTES, NI DANS NOS CHAMPS

 

Recommandations:

Lire Fabrice Nicolino


Un empoisonnement UNIVERSEL.
Comment les produits chimiques ont envahi la planète

Tout oeut changer


L'alternative est simple : changer OU disparaître
Refuser la dictature des traités commerciaux de libre-échange.

Lire Fabrice Nicolino


Qui a tué l'écologie?  
commander en ligne

Lire Christian Vélot


OGM : Tout s'explique  
commander en ligne

Lire Christophe Elain


"Un petit coin pour soulager la planète", Editions Goutte de sable  
Commander en ligne

Lire Svetlana Alexievitch


La supplication : Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse  
commander en ligne

Lire Youri Bandazhevsky


La philosophie de ma vie : Journal de prison (Broché)  
Commander en ligne

Lire Wladimir Tchertkoff


Le Crime de Tchernobyl : Le goulag nucléaire (Broché)  
commander en ligne

Lire Hervé Kempf


Editions du Seuil, 14 €.  
Commander en ligne

L'effondrement de la civilisation occidentale


L'incapacité de penser le monde de manière systémique, l'aveuglement des gouvernements acquis à l'idéologie néolibérale provoquèrent l'anéantissement de l'ordre social  
le lien d'amazon
 
© 2008 Puy-de-Dôme Nature Environnement